jeudi 20 novembre 2014

Bohumil Hrabal : une trop bruyante solitude


Bohumil Hrabal, né en 1914 à Brno et mort en 1997 à Prague est l'un des plus importants écrivains tchèques de la seconde moitié du XX° siècle.



Il interromp ses études de droit en 1939, suite à l'occupation allemande et exerce alors des métiers divers : ouvrier sidérurgique, voyageur de commerce, magasinier, clerc de notaire, emballeur de vieux papiers, cheminot, figurant de théâtre,...

A partir de 1963 il devient rapidement l'un des écrivains les plus populaires de Tchécoslovaquie.
Après l'invasion soviétique de 1968, il sera interdit de publication, jusqu'en 1976 et deux de ses livres sont mis au pilon en 1970.

Dans ses livres, perce l'humour noir, l'ironie, le grotesque, mais aussi une grande tendresse, dans un langage où se mêlent l'argot et le raffinement d'une langue poétique. 

"Une trop bruyante solitude" est à mon goût le chef d'oeuvre de Bohumil Hrabal : s'y mêlent poésie et narration, rire et émerveillement.


C'est un plongeon dans la nuit la plus terrible, d'où il nous fait ressortir ruisselants de rire, de tendresse et de lumière....

"Car moi, lorsque je lis, je ne lis pas vraiment, je ramasse du bec une belle phrase et je la suce comme un bonbon, je la sirote comme un petit verre de liqueur jusqu'à ce que l'idée se dissolve en moi comme l'alcool.
Elle s'infiltre si lentement qu'elle n'imbibe pas seulement mon cerveau et mon coeur, elle pulse cahin-caha jusqu'aux racines de mes veines, jusqu'aux radicelles des capillaires."

"Je m'en revenais toujours apaisé de ces visites dans les caves et les égouts, les cloaques et les stations d'épuration ; instruit malgré moi, je frémissais en pensant à ce que j'avais appris de Hegel : la seule seule chose terrifiante au monde, c'est ce qui est figé, pétrifié, moribond, et la seule heureuse, c'est quand l'individu ou mieux, la société des hommes, parvient, grâce à la lutte, à rajeunir, à conquérir le droit à la vie."

"Je suis une cruche pleine d'eau vive et d'eau morte et je n'ai qu'à me baisser un peu pour qu'un flot de belles pensées se mettent à couler de moi."


...Un livre magnifique, dur, tendre, truculent, émouvant au plus haut point...

"Je ne suis venu au monde que pour écrire Une trop bruyante solitude." Bohumil Hrabal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire